add share buttons

J’arrête de râler après mes enfants !

Vous avez remarqué que râler c’est quelque chose qu’on peut faire très facilement dès le matin au sortir du lit ? Râler c’est comme un signe de connexion sociale quand on arrive au boulot, on râle contre le café qui n’est pas comme il faut, on râle contre le temps qui est trop froid ou trop chaud, on râle contre les infos, on râle sur sa journée, on râle contre ses enfants qui nous ont mis en retard…. et de suite, les langues se délient, et on commence à discuter 🙂

Crédit photo : Business O Feminin

Pourquoi on râle ?

Râler c’est comme une tradition française. Ça devient un mode de fonctionnement : quand on râle on a tendance à penser qu’on ne pourra jamais rien obtenir si on arrête de râler.

« Déjà que les enfants ne font pas grand chose, ils en feront encore moins si on ne râle pas un bon coup ! »

Imaginez qu’il soit possible d’obtenir ce qu’on veut sans râle. Car, à bien y réfléchir, on râle parce qu’une situation nous agace et qu’on a envie qu’elle change. Râler dit quelque chose de nous : quel est mon besoin ?

Arrêter de râler

Râler est une habitude automatique dont il est difficile de se défaire. Le fait de râler a littéralement créé des connexions neuronales dans le cerveau qu’il faut déconstruire et remplacer par d’autres. Comme le cerveau est en mode « pilote automatique » quand on râle, il a besoin d’être reprogrammé. Cette reprogrammation du cerveau demande un effort conscient pendant plus de 20 jours CONSÉCUTIFS.

Voici quelques pistes pour arrêter de râler :

  • Savoir identifier une râlerie à partir de trois critères  :

1) le ton amer, désagréable

2) le message TU qui émet un jugement ou une critique sur l’autre

3) l’exagération : quand je râle c’est « toujours » exagéré par rapport à la réalité de la situation

  • Réapprendre à voir ce qui va bien  :

Dans chaque situation essayez de dégager d’abord ce qui va bien. De même chaque soir, vous pouvez lister vos 3 moments préférés de la journée. Cette pratique quotidienne de la gratitude est une manière efficace de se concentrer sur ce qui va bien et rend la vie belle !

Le soir avant de se coucher, partager avec son enfant un bon moment de la journée, c’est remplir son réservoir affectif et le nôtre. C’est simple et cela permet à tout le monde de se quitter pour la nuit de façon sereine.

  • Se donner la résolution consciente, face aux problèmes et source de désagrément, de ne pas se poser en rôle de victime :

On a toujours de choix d’agir. Rien n’est figé. En avoir conscience change les choses.

Tout ne repose pas uniquement sur nos épaules, on peut aussi demander de l’aide pour trouver une solution aux problèmes d’organisation de la maison.

Merci à Christine Lewicki pour le visuel
  • Émettre des messages Je qui expriment avec authenticité et vulnérabilité les émotions ressenties et les besoins non satisfaits sur lesquels mes émotions attirent l’attention

« J’ai besoin d’un moment de grand calme, parce que je suis fatiguée et que j’ai besoin de me reposer. » Pensez à remercier les enfants après votre temps de repos 🙂

  • S’entourer de personnes « témoins » informées des 3 critères qui définissent une râlerie et qui alerteront, avec bienveillance, sur les anciens travers (des sortes de « stop râlerie ! »). Le conjoint fait un bon témoin, les enfants aussi sauront vite vous remettre sur le chemin des messages bienveillants ! Faites-leur confiance pour cela : c’est tellement plus agréable d’entendre une demande exprimée sans râlerie !

Les bénéfices

Vous verrez, à exprimer vos demandes sans râlerie :

  • Vous trouverez vos enfants nettement plus coopératifs. D’un coup, ils auront plus envie de vous rendre service !
  • Vous trouverez des solutions en famille pour la table « jamais » débarrassée, les chaussettes « toujours » en dehors du panier à linge sale, le salon en mode bazar…
  • Vous aurez un climat de famille beaucoup plus détendu
  • Vos enfants râleront moins ! Et ça ce n’est pas rien !

Vous râlez ? Vos enfants râlent ? Vous saviez déjà tout ça ? Aidez-moi en me donnant votre avis dans les commentaires ci-dessous. Et n’hésitez pas à partager cet article autour de vous !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “J’arrête de râler après mes enfants !”

%d blogueurs aiment cette page :