Eduquer-Grandir

Agir pour vivre heureux avec ses enfants

Auteur : Valérie BOISNEAU (Page 1 sur 3)

#17 : Entre 6 et 11 ans : 5 pistes pour ne plus être exaspéré par ses enfants !

Finie la petite enfance, bébé grandit, la relation évolue. C’est un enfant maintenant, un « grand » ! Il saute partout, elle a du mal à se concentrer, il manque de confiance, elle oublie ses affaires, il est violent à l’école, elle se montre difficile à table, il répond ! Que d’exaspérations devant leurs comportements !

Et s’il y avait des raisons autres que le manque de limites. Faisons un tour à l’intérieur du cerveau de nos enfants avec Isabelle Filliozat.

1) Jouer !

Jouer au moins 10 minutes par jour avec son enfant, en se montrant attentif, disponible (on éteint son téléphone ! on arrête de penser à tout ce qu’il y a à faire à la maison !), interagir avec lui. Tout cela participe à baisser le niveau de stress de l’enfant mais aussi le nôtre !

Eh oui, jouer en faisant autre chose, ne comble pas le réservoir affectif de notre enfant. Un jeu le matin ou au retour de l’école entraîne une réduction considérable des plaintes, pleurs, chamailleries pour la suite de la journée. Si, si, et plus nous intervenons tôt, plus le réservoir affectif sera comblé 🙂

2) Accueillir les émotions

Elle se plaint ? Il souffre ? Notre sang ne fait qu’un tour… et nous nous protégeons de ce stress au lieu d’écouter et d’aider l’enfant. A chacun son style :

  • Sauveur : nous consolons, prenons en charge le problème…
  • Persécuteur : nous insistons sur une culpabilité de l’enfant « Qu’est-ce que tu as encore fait ? »…
  • Victime : nous nous plaignons : « De toutes façons, ça ne m’étonne pas de toi » « C’est toujours pareil »

En réalité, à chaque fois que nous tentons de conseiller, même avec le désir d’aider, nous empêchons l’enfant de résoudre lui-même son problème. Inutile de lui démontrer que nous nous débrouillons mieux que lui !

Des petits « Oh ! Ah ? Eh bien ! » soulignent l’intérêt et sont suffisants. Ni questions, ni commentaires… Vous verrez votre enfant se sentira capable de résoudre seul son problème.

3) Canaliser son énergie !

« Elle court partout et fait n’importe quoi ! » « C’est insupportable, il ne sait pas rester tranquille ! »

L’ennui induit le stress. Lorsque nos pensées vagabondent sans que rien ne focalise notre attention, l’activité neuronale augmente. Donner une orientation constructive à l’énergie de l’enfant sera toujours plus efficace que de la réprimander… et même que de lui promettre une récompense…

Focaliser l’attention d’un enfant est bien plus efficace que d’émettre des menaces ou de crier. Quel gain de temps et d ‘énergie ! Par exemple, au supermarché, je peux confier des missions : « Tu peux rayer les mots de la liste » « Tu peux aller chercher les céréales ? » « Peser les fruits ? »

4) Être un modèle

On n’a rien inventé de mieux que l’exemple ! Et nos enfants ne s’y trompent pas ! Ils apprennent par imitation. Ils nous regardent. Nous sommes leurs modèles que nous le voulions ou non. Nous transmettons nos comportements quotidiens. Alors faisons attention à ne pas lui mentir, même pour « ne pas le faire souffrir ».

Il est très important que l’adulte respecte aussi la règle établie. Les enfants, comme nous, détestent les limites, ils adorent les règles ! les interdits focalisent l’attention sur le comportement à problème tandis que les règles et les permissions focalisent l’attention de l’enfant sur le comportement désiré. Alors, formulons nos phrases en termes de permissions, d’informations, de consignes.

Montrer l’exemple reste certainement la voie la plus efficace pour enseigner le respect des règles. Cela est d’autant plus vrai que les parents sont la figure d’attachement de l’enfant, le socle auquel il se réfère pour diriger ses comportements.

5) Privilégier la relation

Être parent n’est pas de tout repos. Nos nerfs sont souvent mis à rude épreuve. raison de plus pour en prendre soin de façon à conserver nos capacités à parenter. Quand on n’en peut plus, posons nous la question : « Qu’est-ce qui m’énerve exactement ? » « Qu’est-ce qui est important pour moi ? » « Quelle est la relation que je veux avec mon enfant ? »

L’éducation est avant tout une relation. Privilégier cette dernière est toujours prioritaire. L’amour et le lien sont les premières nourritures de l’enfant : ce sera toujours le meilleur choix !

#16 : Pourquoi il faut oser faire confiance aux ados

« Il fait sa crise d’ado ! »  » Il s’enferme des heures dans sa chambre » « Il ne sort que pour manger » « Je ne peux rien dire, elle ne le supporte pas » »Il ne fait rien à la maison, sa chambre c’est Bagdad » »Il ne fait rien à l’école, quand je veux l’aider, je me fais rabrouer ».

A entendre de nombreux parents, l’adolescence est une période conflictuelle. Ils ne reconnaissent plus leurs enfants, ne parviennent plus à communiquer avec eux. En gros, le discours sur l’adolescence est assez négatif. Il y a vraiment de quoi déprimer et effrayer les familles face à cette tourmente !

Ça n’est pas une fatalité ! Bien accompagnée, l’adolescence peut se vivre dans la joie pour toute la famille : ça c’est une bonne nouvelle ! Suivons Catherine Dumonteil-Kremer dans cette découverte.

Lire la suite

LE guide anti-pétage de plomb !

Voici un guide drôle et décalé pour répondre en toutes circonstances aux « expériences », états, émotions de nos loulous.

Quand on sent :

Merci à Mamansoupe pour ce visuel

  • qu’on va péter un plomb
  • que la claque va partir
  • qu’on va le passer par la fenêtre
  • qu’on a passé une sale journée et que vraiment, on n’aura aucune patience
  • qu’on est fatigué et qu’on a qu’une envie, c’est de se coucher

Ce guide est fait pour nous ! A laisser bien en évidence ! Perso, on a affiché les images sur le mur dans les toilettes pour garder le cap et trouver de l’inspiration 🙂

Un grand MERCI au magazine PEPS de partager gratuitement cette ressource.

#15 : Heureux d’apprendre à l’école

Parce qu’on a tous envie que nos enfants soient heureux, on est vite déstabilisé quand ils ont mal au ventre avant d’aller à l’école… Catherine Gueguen dresse les principes d’une école bienveillante qui permet aux enfants de développer leurs compétences émotionnelles et sociales.

1) Les émotions, au cœur des apprentissages

Lire la suite

#14 : 5 conseils précieux pour traverser la période de 1 à 5 ans ;-)

Opposition, pleurs, crise de rage : entre 1 et 5 ans, nos enfants nous déstabilisent. Isabelle Fillozat émet l’hypothèse que ces comportements dérangeants ne sont pas faits pour nous mettre hors de nous – même si c ‘est parfois le résultat 🙁 Gardons à l’esprit que les comportements des enfants, même les plus extrêmes, sont d’abord au service de leurs propres besoins.

Morceaux choisis, extraits de l’excellent livre « J’ai tout essayé ».

Conseil n°1 :  Consacrer 10 minutes par jour à son enfant

Lire la suite

#13 : Au quotidien : 6 actions à mener dès que possible

Accompagner avec bienveillance son enfant est une utopie pour certains, une philosophie pour d’autres. Vous cherchez à améliorer votre vie au quotidien avec vos enfants ? Vous avez l’impression de ne pas réussir à vous faire comprendre d’eux quand vous leur parlez ? Les 6 actions qui suivent devraient vous aider à mieux vivre au quotidien.

1) Il est en crise ! Connectez-vous et redirigez

Lire la suite

Aider les enfants à gérer leurs émotions : le cerveau dans la main

Il pique une colère dans un magasin. Il refuse de s’habiller. Est-il en train de vous tester ? Non ! C’est simplement que son cerveau grandit, se modifie et mène la danse.

L’éducation n’est pas une lutte de pouvoir, mais un accompagnement bienveillant, aimant et intelligent.

Les dernières découvertes sur le cerveau des enfants jettent un éclairage nouveau sur leur comportement. Et si en leur expliquant comment fonctionne leur cerveau, ce qui se passe à l’intérieur de leur tête nous aidions nos enfants à mieux gérer leurs émotions ?

Voici une présentation imagée de ce que l’on pourrait leur dire :

Lire la suite

#12 : Et si rien ne se jouait avant 6 ans ?

Alors que les neurosciences font avancer la connaissance dans le domaine du cerveau et des apprentissages, Pascale TOSCANI émet l’hypothèse que rien ne se joue avant 6 ans. Voyage au cœur du cerveau humain…

1) Les enfants sont tous intelligents : les intelligences multiples

Les êtres humains ont des intelligences qui se complètent. Nous sommes tous intelligents différemment. Retenons le nom d’Howard GARDNER, professeur de psychologie à l’université d’Harvard et de Boston, qui défend l’idée d’intelligences multiples comme faisceaux d’aptitudes ou de compétences.

Il détermine 8 intelligences :

Lire la suite

#11 : Les aménagements Montessori pour votre maison.

En suivant les travaux de Maria MONTESSORI, je vous propose des idées simples à mettre en place chez vous. Elles sont toutes issues du livre  Le quotidien avec mon enfant de Jeannette Toutlemonde :

C’est une vraie mine d’informations précieuses. Si vous devez en acheter un : prenez celui-là !

1) Aménager la pièce à vivre

Les petits aiment vivre autour de nous : vous pouvez tracer un rayon de 3m autour de vous, vous pourrez être sûr de trouver

Lire la suite

Pourquoi certains enfants « bloquent » leurs apprentissages ?

Parce que certains enfants ne veulent pas aller à l’école, parce que certains enfants n’aiment pas l’école, il nous appartient de leur ouvrir la porte…

Une mère de famille raconte comment la grande pauvreté bouleverse la vie scolaire de son enfant. Un témoignage édifiant, lu en pleine commission parlementaire.

Prenez 3 minutes pour écouter Marie-Aleth GRARD, Vice-Présidente d’ATD Quart Monde, vous serez forcément touché, et vous n’irez plus à l’école avec le même regard.

Vous pouvez aussi lire ce même témoignage sous la vidéo.

Lire la suite

Page 1 sur 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén