add share buttons

Mon enfant ment : que faire ?

Zoom sur une situation qui nous hérisse, parce qu’on voudrait tous avoir des enfants honnêtes, gentils, serviables… et que parfois, nous sommes déçus de leur attitude 🙁

Pinocchio-mensonge

1- Les 9 raisons qui nous poussent à mentir

1) Pour éviter d’être puni. C’est le mobile le plus répandu. Ce qui est une bonne raison pour supprimer les punitions puisque PUNIR encourage le MENSONGE !

2) Pour obtenir une récompense impossible à obtenir autrement.

3) Pour protéger quelqu’un d’un châtiment.

4) Pour se protéger d’une menace physique. 

La menace est différente du châtiment, car elle n’est pas la punition d’un méfait.

5) Pour gagner l’admiration d’autrui.

6) Pour échapper à une situation sociale gênante.

7) Pour éviter une gêne.

C’est par exemple un enfant qui prétend qu’il a renversé un verre d’eau sur lui alors qu’il s’est oublié. Cet exemple n’est valable que dans le cas où l’enfant sait qu’il n’aura pas de châtiment.

8) Pour garder une certaine intimité, sans faire de mise en garde préalable de l’intention de conserver certaines informations comme privées. Les enfants ont aussi besoin de leur jardin secret, sachons le respecter 🙂

9) Pour exercer un pouvoir sur autrui en contrôlant l’information dont bénéficie l’autre.

Cette liste est primordiale car elle vous donne des indications pour aider votre enfant. L’objectif est de faire disparaitre ces sources de mensonge. Le travail est parfois long mais s’avère très payant pour le reste de sa vie.

2- Les phrases à dire à un enfant qui ment

Maintenant qu’on sait pourquoi on ment, qu’est-ce fait face au mensonge ?

« Ce n’est pas la vérité. La vérité est … » 

En effet, il est nécessaire de reprendre l’enfant qui ment (quand on s’en rend compte) sans quoi, le mensonge pourrait vite devenir une habitude.

« Ok, le verre est tombé. C’est une maladresse. Que peut-on faire pour réparer les dégâts ? » 

Cette phrase contient de nombreux messages :

– je ne cherche pas de coupable donc inutile de mentir pour se protéger.

– la maladresse est normale.

– la réparation d’une maladresse est louable (et constitue une solution déculpabilisante au mensonge).

Ainsi, les débats sont orientés sur les solutions et la valorisation des actes responsables.

« Dis-moi simplement « papa, j’ai accidentellement rayé ta voiture ». Ainsi, je pourrai envisager les solutions possibles et tu auras l’occasion de m’aider à réparer. » 

Suggérer une phrase pour éviter de mentir soulagera votre enfant (avec le motif de l’accident). L’information supplémentaire est que la connaissance rapide de la vérité permet de limiter les dégâts en commençant à réfléchir aux solutions.

« J’ai besoin de pouvoir te faire confiance pour t’accorder plus de responsabilités. »

Cette phrase motivera votre enfant à ne pas trahir votre confiance afin que vous l’aidiez à grandir en le responsabilisant. Cela permet de rappeler aussi des valeurs comme l’honnêteté.

Vous pouvez aussi lui dessiner une jauge de « capital confiance » qui diminue en fonction des tromperies et autres mensonges mais qui peut aussi se recharger par des modifications de son comportement.

« Que s’est-il passé ? »

Au lieu d’accuser un enfant, l’inviter à s’expliquer sur ce qui vient de se passer de façon calme, lui permet de raconter les évènements et coupe ainsi court à un éventuel mensonge pour se préserver; Cette phrase a désamorcé bien des situations dans la cour de récréation…

« Crois-tu que Zoé t’a menti sur ce sujet ? Que ressentirais-tu si c’était le cas ? »

Travailler l’empathie permet à l’enfant de s’améliorer et de développer son intelligence relationnelle.

Une fois que votre enfant a révélé un mensonge, voici ce qu’il est bon de dire pour favoriser le renforcement positif :

« J’apprécie que tu m’aies dit la vérité. Je suis aussi heureux que tu te sois libéré de ce mensonge. » « Ça fait du bien ? » « Tu te sens mieux ? »

« Même si tu m’as menti aujourd’hui, je sais que tu préfères généralement la vérité. »

Conseils supplémentaires

  • Si vous mentez vous-même, ne soyez pas étonné de retrouver votre reflet chez votre enfant (neurones miroirs). Les enfant sont des éponges…
  • Si vous punissez et menacez, vous donnez d’excellentes raisons de mentir et de créer une habitude chez votre enfant.
  • Renforcer la confiance en soi de votre enfant lui évitera d’avoir besoin de mentir pour gagner l’admiration des autres : cet article vous y aidera.
  • Ne le traitez pas de « menteur ». Toutes les étiquettes sont néfastes. Dites plutôt : « Cela s’appelle un mensonge et cela ne me plaît pas du tout. » Parler de la situation, pas de l’enfant.

Pour aller plus loin :

– Paul Ekman, Les mensonges des enfants : comment les parents peuvent-ils encourager la sincérité ?

– A.Faber et E. Mazlich, Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Mon enfant ment : que faire ?”

%d blogueurs aiment cette page :