add share buttons

#16 : Pourquoi il faut oser faire confiance aux ados

« Il fait sa crise d’ado ! »  » Il s’enferme des heures dans sa chambre » « Il ne sort que pour manger » « Je ne peux rien dire, elle ne le supporte pas » »Il ne fait rien à la maison, sa chambre c’est Bagdad » »Il ne fait rien à l’école, quand je veux l’aider, je me fais rabrouer ».

A entendre de nombreux parents, l’adolescence est une période conflictuelle. Ils ne reconnaissent plus leurs enfants, ne parviennent plus à communiquer avec eux. En gros, le discours sur l’adolescence est assez négatif. Il y a vraiment de quoi déprimer et effrayer les familles face à cette tourmente !

Ça n’est pas une fatalité ! Bien accompagnée, l’adolescence peut se vivre dans la joie pour toute la famille : ça c’est une bonne nouvelle ! Suivons Catherine Dumonteil-Kremer dans cette découverte.

1) Contrôler son ado ?

Plus que jamais, les adultes sont priés de faire preuve d’autorité, de poser des limites face à des jeunes qui n’ont pas toujours les comportements appropriés. Dans le même temps, les ados se referment comme une huître, alors qu’on « voudrait savoir » où ils vont, qui ils voient, ce qu’ils font internet, à qui ils envoient des messages, …

Ce qui est sûr :

  • L’ado vit déjà sa vie. Dans une journée, entre l’école, le travail scolaire, la télévision, internet, et le peu de disponibilité des parents, pris eux-mêmes entre leur travail, les courses, la préparation des repas, l’entretien de la maison, il ne reste que très peu de temps pour un tête à tête !
  • Le contrôle est source de conflit car il nous sépare de l’ado. Lorsque notre système de relation avec notre ado est organisé autour de menaces (« Si tu n’as pas 15 de moyenne au trimestre prochain, tu peux faire une croix sur le sport ! »), de comparaisons (« Ta sœur, elle, au moins nous parle ! Prends exemple ! »), chantage affectif (« Je suis si triste quand tu as de mauvaises notes »), promesse de récompenses (« Si tu as ton Bac, je te paye la voiture ! »), on est sûr que notre ado fera ce qu’on veut. Avec peine, portes qui claquent, combat, mais on arrivera à nos fins ! Mais il arrive (souvent) que ce contrôle conduise notre ado au silence ou au mensonge. Il se protège comme il peut !
  • Les ados ne sentent pas toujours écoutés. C’est une plainte récurrente à cet âge. « Mes parents n’ont jamais le temps. J’aimerais discuter avec eux mais ils ont toujours mieux à faire » « Chez nous, les règles sont très strictes. J’étouffe ! » « Ils ne pensent qu’à mes résultats scolaires, c’est la seule chose qui les intéresse. »

Comment faire ?

  • Encourager notre ado à vivre de nouvelles expériences. Aujourd’hui il a besoin de notre soutien pour devenir lui-même. Cela ne l’intéresse pas d’être dirigé. Il vit intensément la conquête progressive de sa propre autonomie. Il se prépare à quitter le domicile familial. Eh oui… Nos enfants ne sont pas des faire-valoir, ils doivent vivre leur vie, faire leurs propres expériences, tirer leurs propres conclusions.
  • Être conscient d’une règle de base : contrôle = rébellion. Toute tentative de contrôle entraîne immédiatement une résistance au moins égale, voire supérieure à celui qui l’a imposée.
  • Une solution : LA CONFIANCE. Laissons notre ado prendre la responsabilité de sa vie. Enlever le contrôle nous permettra de mieux savourer la relation avec notre ado 🙂

2) Cultiver la relation

Meilleure sera la relation avec notre ado, plus il sera ouvert à de l’information neutre, à notre soutien inconditionnel. Voici quelques pistes pour nourrir ce lien :

  • l’art de la disponibilité : rendons-nous disponibles lorsqu’il cherche à discuter ou plus simplement passer un moment avec nous
  • une écoute attentive et de la compréhension : privilégions les petits moments magiques où il s’ouvre à nous ( souvent un trajet en voiture fait partie de ces moments là)
  • un contact physique affectueux : c’est toujours bon de se faire un câlin le matin ou à la fin de la journée quand on se retrouve. Rire ensemble est aussi très agréable ! Chez nous, on pratique le câlin à plusieurs têtes !
  • un soutien dans la réalisation de leur projet : soyons un appui inconditionnel, joyeux, authentique
  • partager leur passion, leurs intérêts : c’est en acceptant d’échanger sur des thèmes aussi divers que le maquillage, les derniers groupes à la mode, les séries télé, etc. que nous prenons peu à peu contact avec notre ado. De même, vivre des activités en famille augmente la compréhension mutuelle : partager des repas, aller au cinéma ensemble, jouer ensemble, partir en vacances ensemble
  • une aide pratique dans le quotidien : aide aux devoirs, bricolage, rangement, …
  • se contenter de ce qui nous est donné : même lorsque la relation est excellente, il nous faut accepter que notre ado puisse nous livrer ce qu’il veut… Mon enfant vient me faire des confidences s’il en a envie ou besoin. Il me livre ce qu’il veut. Il peut cultiver son jardin secret.

Conclusion

Nos ados sont des adultes en devenir Ils n’aspirent qu’à une chose : se préparer à quitter le nid familial.

Ce livre est engagé dans une adolescence joyeuse, c’est un guide pour accompagner nos ados dans leur vie d’adulte. Réjouissant ! Il peut ne pas y avoir de « crise d’adolescence ». En tout cas c’est notre pari !

Le temps du maternage de proximité est terminé, celui des relations d’adulte à adulte commence. Prêt pour l’aventure ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :