add share buttons

Comment les enfants font-ils pour courir toute la journée sans se fatiguer ?

POURQUOI ???

Mes dernières lectures m’ont apprises que les enfants sont métaboliquement comparables à des athlètes d’endurance adultes bien entraînés et sont donc moins fatigués pendant les exercices de haute intensité que les adultes non entraînés. C’est pourquoi ils peuvent facilement épuiser leurs parents !

Les enfants sont donc particulièrement bien armés pour pratiquer une activité physique longue.

On le sait depuis longtemps, les enfants sont infatigables. Qui n’a pas vécu ces longues balades à vélo ou à pied, durant laquelle les enfants ont parcouru trois fois le chemin aller-retour. Et, de retour à la maison, à peine les vélos rangés, ils se lancent, avec cris, dans le trampoline ou sur la balançoire. Après avoir pédalé toute la journée, ils courent toujours de droite à gauche.

Comment de si petit corps peuvent-ils avoir autant d’énergie ? Pourquoi ne sont-ils pas aussi vite fatigués que les adultes ? Une équipe de chercheurs de l’université de Clermont-Auvergne (France), en collaboration avec la fédération française d’aviron et le Centre for Exercise and Sports Science Research de l’université Edith Cowan de Joondalup (Australie), a publié le 24 avril 2018 dans la revue Frontiers in physiology une étude qui explique les raisons de cette apparente immunité à la fatigue de nos chers enfants.

Les enfants sont armés pour l’endurance

Pour fournir un effort, le corps doit produire de l’énergie et il y parvient de deux façons. La première, dite aérobie ou oxydative, utilise l’oxygène du sang pour produire de l’énergie à partir des sucres et des lipides du corps. Cette méthode n’entraîne pas de fatigue musculaire, mais elle est limitée par la quantité d’oxygène que peuvent consommer les cellules. La seconde, anaérobie, prend le relais lorsque la méthode oxydative ne suffit plus. Elle ne nécessite pas d’oxygène mais produit de l’acidose et du lactate – le fameux « acide lactique » des sportifs – et induit une fatigue musculaire.

L’expérience scientifique

Pour les chercheurs, la question était de savoir laquelle de ces méthodes de production d’énergie prédomine chez l’enfant. Ils ont donc réuni trois groupes différents. Des garçons de 8 à 12 ans, prépubères, des adultes non entraînés et des sportifs adultes, pratiquant à haut niveau des sports d’endurance. Ils les ont fait se mesurer en laboratoire sur un vélo ergomètre et ont mesuré au sein de chaque groupe la puissance délivrée lors d’un effort par chacune de ces méthodes de production d’énergie. Après l’exercice, la mesure de la fréquence cardiaque, de l’absorption d’oxygène et de la concentration de lactate dans le sang leur a permis de voir à quelle vitesse les participants à l’expérience se remettaient du test.

Résultat ? 

Lors des efforts, les adultes non entraînés se fatiguaient évidemment plus vite que les sportifs…. et les enfants. Les enfants utilisent en fait davantage leur métabolisme aérobie (c’est-à-dire l’oxygène du sang sans fatigue musculaire) pour produire l’énergie nécessaire à l’effort. Ils sont donc moins fatigués pendant les activités physiques de haute intensité. Cette prédominance du métabolisme aérobie se retrouve également chez les pratiquants adultes de sports d’endurance. Les enfants sont donc particulièrement bien armés pour pratiquer une activité physique qui dure. En vérité, ils le sont même mieux que les sportifs adultes auxquels ils ont été confrontés !

Crédit photo DH.be

En effet, l’autre enseignement des expériences menée par les chercheurs est la démonstration de l’excellente capacité de récupération des enfants. Après l’effort, le rythme cardiaque des enfants revient à la normale très rapidement, celui des adultes bat la chamade deux fois plus longtemps. Et comme si cela ne suffisait pas, le lactate, qu’ils produisent en quantité moindre, est éliminé plus rapidement que chez les adultes, quelque soit le niveau d’entrainement de ceux-ci. Face à la fatigue, les enfants récupèrent donc bien plus vite que les adultes.

Conclusion

Ainsi lorsque vous affrontez votre fils ou votre fille à la course, c’est en fait un marathonien miniature bien mieux armé que vous pour l’endurance que vous défiez sans le savoir. Et alors qu’à la fin de la course, vous serez bien occupé à essuyer la sueur de votre front, retrouver votre souffle et empêcher votre cœur de sortir de votre poitrine, l’enfant lui, n’aura qu’à s’asseoir deux minutes avant de se remettre à courir et jouer, jouer, jouer encore. Increvable, on vous dit…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :