add share buttons

Se reposer quand on est parent

C’est une nécessité : être parent engendre une fatigue nouvelle. Se réveiller la nuit, plusieurs fois par nuit parfois… Répondre aux besoins des enfants dans la journée : jouer avec eux, lire des histoires, les câliner, se balader, les nourrir… Et on a envie de continuer à faire comme avant, c’est-à-dire d’avoir une maison propre, donc de faire le ménage, de faire les courses, de reprendre le travail… On a envie de continuer à sortir, aller au cinéma, au restaurant, aller chez les copains, faire la fête !

Quand on devient parent, les choses changent, notre mode vie doit s’adapter du jour au lendemain ! Et on peut être épuisé de ces journées sans fin…

Comment trouver le repos bénéfique quand sa nuit est hachée ? Comment arriver à se poser lorsqu’on a 36 000 choses à faire dans la journée ? Pour ne pas finir en burn out, il est nécessaire de prendre soin de soi.

Voici ce que j’ai appris à pratiquer au fil des années 🙂

Faire la sieste

Quand mes enfants étaient petits, j’ai pris l’habitude de faire la sieste en même temps qu’eux. J’ai aimé tous ces moments de repos partagé 🙂 Alors bien sûr, certains sont tentés de profiter de la sieste de bébé pour faire autre chose (tout ce qu’on n’a pas le temps de faire avec un bébé : faire le ménage, la vaisselle, le repassage, les papiers…) J’ai appris avec le temps que faire la sieste avec son enfant, ce n’est pas du temps perdu. Au contraire, c’est prendre le temps de se poser, de se reposer pour être davantage disponible ensuite. Du coup, les diverses tâches de la vie quotidienne peuvent s’enchaîner plus facilement parce qu’on est plus détendu.

Quand les enfants grandissent, et qu’ils n’ont plus besoin de faire la sieste, on peut garder ce temps de repos avec un activité calme : dessin, coloriage, lecture… et en profiter pour aller faire la sieste pendant 20 minutes ou plus (selon l’autonomie des enfants) ! Je suis toujours adepte ! A mon réveil, mes enfants retrouvent une maman fraîche et disposée.

Pratiquer la cohérence cardiaque

Une de mes grandes découvertes pour recharger mes batteries a été la cohérence cardiaque. Pour faire court, un focus sur sa respiration pendant au moins 1 minute permet de se recharger en énergie de façon efficace. Les tensions intérieures diminuent, le calme revient.

Comment je procède ?

Je m’assieds, de préférence dans un endroit calme. Je me mets en mode « inspire sur 5 secondes-expire sur 5 secondes ». Au bout de 6 « inspire », c’est-à-dire 1 minute, cela va déjà mieux. Si j’ai le temps, je renouvelle l’exercice 4 fois pour aller jusqu’à 5 minutes. C’est simple et efficace. Je dis que je fais un 161 ( 1 fois 6 respirations pendant 1 minute) ou un 365 (3 fois 6 respirations pendant 5 minutes).

On peut aussi faire cet exercice avec les enfants : c’est ici.

Prendre 10 minutes pour soi

Chaque jour, accordez-vous 10 minutes pour vous. Rien que pour vous. Un temps de lecture, de yoga, une balade, du jardinage, quelque chose qui vous fait plaisir. Pour vous. Cela fait du bien. On revient en famille plus détendu et disponible. Les enfants peuvent crier, s’agacer, vous réclamer, vous saurez mieux y répondre parce que vous aurez pris soin de vous avant.

Prendre soin des autres, ça commence par prendre soin de soi.

Valérie Boisneau

Ralentir

Accueillir un enfant dans sa vie, c’est le début d’une grande aventure de partage. Répondre aux besoins de chacun (enfant comme parent) nécessite de ralentir son mode de vie pour savourer chaque moment, s’adapter aux plus jeunes 🙂 Partager de bons moments est précieux. Sachons les vivre pleinement. Si je ralentis mes activités, je serais moins fatiguée, moins stressée… Ralentir peut vouloir simplement dire « mettre en suspens » : on sait que cela reviendra plus tard. Par exemple, j’ai mis la danse en suspens lorsque les enfants étaient petits : m’occuper d’eux, passer du temps avec eux était ma priorité. Maintenant qu’ils sont plus âgés, j’ai 2 soirées pour moi et la danse. Ces soirs-là, ils sont avec papa 🙂

Au quotidien, ralentir, c’est aussi faire moins de choses : accepter de ne plus repasser par exemple, moins regarder la télévision, passer moins de temps derrière son écran (ordinateur, tablette, console…).

Passer le relais

Autrefois les enfants étaient entourés de plusieurs personnes ressources vivant soit sur le même lieu soit dans un environnement très proche. Il y avait les parents bien sûr, mais aussi les grand-parents, les oncles et tantes, la nourrice, les voisins. Le cercle familial était d’office élargi. Dans notre vie contemporaine, on peine souvent à trouver quelqu’un pour « garder les enfants ». On habite plus loin de ses parents. Alors centré sur son enfant, on a parfois du mal à le laisser à d’autres « Il ne saura pas faire » « Il a besoin que ce soit moi qui fasse » « Il n’accepte que moi »

Et pourtant, même si la relation mère-enfant est unique et très forte, le papa a pleinement sa place aussi. Y compris lorsque l’enfant est petit et allaité ! Chez nous, c’est papa qui se réveillait en premier la nuit pour aller vers bébé qui appelait. Il le réconfortait, lui changeait la couche et me le passait pour une tétée. Plus tard, c’est souvent papa qui est allé réconforter les enfants qui avaient du mal à se rendormir la nuit. J’avoue que ces moments sont devenus les leurs : mes enfants ont établi un rituel du coucher avec leur papa, et c’est lui qu’ils appellent la nuit ! Quel bonheur de savourer la nuit pour moi !

De la même façon, dans la journée, il nous faut faire ce chemin, en tant que parent, d’accepter de confier notre enfant en toute confiance à un tiers : une nounou, mamie, une amie. Quand on est prêt, cela ne peut que bien se passer. Ces soutiens peuvent faire aussi bien que nous ! Profitons alors de ces instants pour nous ressourcer, nous reposer…

Prendre soin des autres

Abaisser le volume sonore chez soi participe à une moindre fatigue : les bruits en fond sonore épuisent le corps et la tête (télé, radio, musique, jeux vidéos). D’ailleurs lorsqu’on est fatigué, on devient plus sensible au bruit. Lorsqu’on évolue dans un environnement calme, sans cris ni bruit de fond, la fatigue s’installe moins facilement.

De la même façon que l’on baisse le volume lorsque bébé dort, les enfants peuvent aussi apprendre à chuchoter lorsqu’un adulte se repose. Les enfants nous sont attachés, ils aiment prendre soin des autres. Sachons les en remercier à notre réveil ! « Merci les enfants pour ce temps calme. Je me suis bien reposée ! »

Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager : on a toujours besoin de se reposer lorsqu’on est parent 🙂


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Se reposer quand on est parent”

%d blogueurs aiment cette page :