Dans un ouvrage complémentaire à Eduquer sans punir, Thomas GORDON nous livre ici un programme pratique pour résoudre tous les conflits entre parents et enfants.

1) Pratiquer l’écoute active ou comment écouter vraiment son enfant ?

Concrètement, on prend conscience de nos 12 réponses typiques qu’il faut mettre au placard et on se lance dans les réponses et attitudes efficaces dans nos situations de blocage.

Au lieu de  : Préférez :
1) Donner des ordres

« Arrête de te plaindre ! » « Retourne jouer ! »

2) Menacer

« Si tu fais ça, tu vas le regretter ! »

3) Moraliser

« Tu ne devrais pas faire ceci ou cela ! »

4) Conseiller

 » Tu n’as qu’à jouer avec quelqu’un d’autre »

5) Argumenter

« Lorsque j’avais ton âge, je ne pleurais pas pour ça ! »

6) Juger

 » Tu as complètement tort sur ce sujet »

7) Complimenter

 » Je suis certain que tu es capable de réussir »

8) Ridiculiser

« Tu es une vraie peste »

9) Interpréter

« Tu ne crois pas du tout ce que tu dis »

10) Consoler

« Ne t’inquiète pas : ça va s’arranger »

11) Enquêter

« Pourquoi est-ce que tu crois ne pas aimer l’école ? »

12) Esquiver

 » Oublie ça » « Ne parlons pas de ça maintenant »

 

1) La simple réception ou l’invitation à en dire davantage

Ces réponses ne communiquent aucune opinion. Elles invitent à parler.

 » Je vois »  » Vraiment ? » « Oh! » « Oui, oui, … » « Mm Hmm » « Ah bon ?  »

« Raconte-moi un peu plus » « On dirait que tu en as beaucoup sur le cœur. » « Dis-moi ce qui s’est passé »

2) Prendre le temps d’écouter

Si on n’a pas le temps, mieux vaut le dire tout simplement.

3) Vouloir sincèrement aider l’enfant à résoudre son problème.

Si on ne le veut pas, mieux vaut attendre de le vouloir vraiment.

4) Avoir confiance dans la capacité de l’enfant à s’occuper de ses propres problèmes

Vous verrez, la confiance grandira à mesure que vous observerez vos enfants résoudre eux-mêmes leurs problèmes.

5) Accepter que son enfant est un être différent de soi, qui a son existence propre.

C’est en acceptant cette différence qu’on pourra efficacement aider son enfant. Notre rôle de parent est d’être avec lui et non à sa place.

 

 

 

 

 

 

Vous l’avez compris, l’écoute active permet d’établir des liens chaleureux entre parent et enfant et offre la possibilité aux enfants de résoudre eux-mêmes leur problème.

2) Pratiquer le message « je » ou comment répondre efficacement à son enfant ?

Au lieu de : Préférez :
1) Dire à son enfant ce qu’il doit, devrait ou est obligé de faire

« Tu ne devrais pas faire ça »  » Si jamais tu recommences » « Si tu n’arrêtes pas, tu vas voir… »  « Remets tes chaussons « Nettoie tout de suite »  » Tu ne pourrais pas remettre les choses à leur place ? »

2) Dévaloriser son enfant

 » Tu devrais pourtant le savoir ! » « Tu es insupportable » « Tu agis comme un bébé » « Pourquoi n’es-tu pas gentil ? » « Tu veux toujours jouer au moment où j’ai du travail à faire. »

Dire simplement à son enfant l’émotion provoquée par le comportement inacceptable

« Je ne peux pas me reposer quand on me grimpe dessus » « J’ai peur que le repas ne soit pas prêt à temps » « Je n’ai pas envie de jouer quand je suis fatigué »

Le message « je » laisse la possibilité à l’enfant de modifier de lui-même son comportement.

 

 

3) Donner à l’enfant la possibilité de participer à la recherche des solutions ou comment résoudre un conflit sans perdant ?

Tous les soirs, Jeanne 4 ans, veut jouer avec son papa dès qu’il rentre du travail. Son père toutefois se sent fatigué de sa journée et a besoin de se détendre. Souvent, Jeanne lui saute sur les genoux et le questionne sans cesse dès qu’il rentre.

Au lieu de : Préférez :
1) Refuser d’entendre l’enfant

« Non, je ne joue pas avec toi ce soir » (déception de l’enfant)

2) ou de céder à l’enfant

« OK.  » (père non satisfait car ne respecte pas son besoin de se détendre)

La 3ème méthode :

Présenter le conflit à Jeanne et lui suggérer de trouver une solution qui leur conviendrait à tous les deux. En quelques minutes, ils ont trouvé ceci : le père promet de jouer avec Jeanne à condition qu’elle le laisse d’abord lire son journal et boire un verre.

Quelques jours plus tard, Jeanne dit à sa mère : » Il ne faut pas déranger papa quand il se repose. »

Cet incident illustre à quel point la motivation peut être forte chez l’enfant qui applique une décision à laquelle il a participé. Les parents montrent par leur attitude qu’ils font confiance à leur enfant dans la capacité à trouver une solution et à la respecter.

Conclusion : Lorsque les enfants sentent qu’on leur fait confiance, ils sont beaucoup plus portés à agir de façon responsable. De plus, les besoins de l’enfant et du parent sont respectés sans qu’il y ait de perdant.

Chez nous, ces 3 règles d’or de la communication ont été affichées un moment dans la cuisine pour garder le cap ! Aujourd’hui, ce sont les enfants qui les pratiquent !

On peut dire que le tryptique écoute active – message »je » – résolution sans perdant nous aide à être des parents efficaces et à agir pour vivre heureux avec nos enfants !

Si vous avez essayé de pratiquer et que cela n’a pas marché pour vous, faites m’en part dans les commentaires ci-dessous.