add share buttons

#1 : Parler pour que les enfants écoutent…

J’ai choisi de démarrer mon défi fou avec LE livre qui m’a ouvert à la communication bienveillante avec les enfants. Il a été mon livre de chevet, notre livre de référence pendant des années – Je dis « notre » car même si mon mari ne l’a pas lu, il a intégré et pratiqué patiemment les habiletés décrites. Aujourd’hui encore il reste un  livre fondamental de notre vie de famille.

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent - Adele Faber et Elaine Mazlich
Mon livre de référence en éducation positive

 

Le rêve du jeune parent

Qui n’a jamais rêvé d’enfants qui écoutent toujours ce qu’on leur dit ? d’enfants qui font tout de suite ce qu’on leur demande ? d’enfants autonomes ? d’enfants qui ne font jamais de « caprices » ? Tout parent voudrait être compris instantanément par ses enfants – ne dire qu’une fois et que hop ! ce soit fait !

Mais voilà, dans la réalité, les enfants semblent souvent faire « la sourde oreille ». Alors, on dit, on redit plus fort, on crie, on menace, on fait du chantage… Tout ce qu’au départ on ne voulait pas devenir…

Le livre « Parler pour que… » – c’est le nom raccourci qu’on lui donne chez moi ! – expose 6 habiletés à développer pour que nos enfants écoutent lorsque nous leur parlons et qu’ils se sentent de nous parler lorsqu’ils ont quelque chose à nous dire.

Les clés de l’efficacité

Et voilà en résumé les 6 habiletés de communication exposées par Adele Faber et Elaine Mazlich. Nous, elles nous ont vraiment permis de désamorcer bien des situations :-))

1) Aider les enfants à gérer leurs émotions.

  • au lieu d’écouter à moitié… écouter attentivement.

    Nommer les émotions
    Nommer les émotions
  • au lieu de questions ou de conseils… accueillir à l’aide d’un mot.
  • au lieu de nier l’émotion… nommer l’émotion.
  • au lieu d’utiliser la logique et les explications… utiliser l’imaginaire pour offrir à l’enfant ce qu’il souhaite.

2) Susciter la coopération.

Pour susciter la coopération d’un enfant, on peut :

  • décrire ce qu’on voit ou décrire le problème.post it message
  • dire ce que l’on souhaite en un mot.
  • dire ce que l’on ressent.
  • écrire un petit mot.

3) Remplacer la punition

Au lieu de punir, on peut :

  • exprimer ses sentiments sans attaquer la personnalité de l’enfant.
  • exprimer ses attentes.
  • montrer à l’enfant comment redresser la situation.
  • offrir un choix à l’enfant.
  • utiliser la résolution de problème

4) Encourager l’autonomie

Pour encourager l’autonomie d’un enfant, on peut :

  • offrir des choix.offrir le choix à l'enfant
  • montrer à l’enfant que l’on respecte ses efforts.
  • ne pas poser trop de questions.
  • ne pas se presser de répondre aux questions.
  • encourager l’enfant à utiliser d’autres ressources que ses parents.
  • garder l’espoir chez l’enfant.

5) Utiliser les compliments

Pour renforcer l’estime de soi de l’enfant, le compliment doit être descriptif.

  • décrire ce que l’on voit.
  • décrire ce que l’on ressent.
  • résumer en un mot un comportement digne de louange.

6) Aider les enfants à se dégager des rôles qui les empêchent de s’épanouir

  • rechercher les occasions de lui présenter une nouvelle image de lui-même.
  • le placer dans des situations qui lui permettent de se voir sous un oeil différent.
  • faire en sorte qu’il nous entende dire des choses positives à son sujet.
  • donner nous-même l’exemple.
  • être le coffre aux trésors de ses bonnes actions.
  • quand son comportement reflète l’ancienne image, exprimer nos sentiments ou nos attentes.

Conclusion

Ce livre peut vraiment changer la relation à votre enfant pour peu qu’on ait le désir sincère de rompre avec le langage nocif transmis de génération en génération.

Cela fait plus de 10 ans que je pratique ces habiletés au quotidien, et depuis peu,

communication bienveillante des enfants
Quand ce sont les enfants qui pratiquent la communication bienveillante

notre ainé parle à ses frère et soeur « comme dans le livre » !

C’est un livre pratique, bourré d’humour et de situations concrètes. Chacun s’y reconnaîtra forcément.

Et en plus, il existe des ateliers qui permettent de pratiquer entre parents. Je les ai faits, les échanges y sont très enrichissants.

Si vous aussi, vous avez déjà participé à un atelier des parents ou si vous voulez me faire part de « comment cela se passe » chez vous, n’hésitez pas à l’écrire dans les commentaires.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “#1 : Parler pour que les enfants écoutent…”

%d blogueurs aiment cette page :